20 d'OGMs: un bilan - 31. octobre 2016

Avec un sujet aussi émotionnel que les organismes génétiquement modifiés (OGMs), il est difficile de rester objectif. Depuis un quart de siècle, les défenseurs de ces méthodes prônent que sans cette technologie, il n'est pas possible d'assurer une production suffisante d'aliments pour une population en constante croissance. Les opposants craignent un contrôle total du marché des graines par des multinationales de l'agrochimie, et mettent en garde contre d'éventuelles conséquences toxiques d'aliments OGMs.

Un compromis entre les deux groupes est inimaginable: "un peu" d'OGMs n'est pas possible, c'est tout ou rien.  Les efforts de faire un bilan sérieux et équilibré sont d'autant plus louables, et ce n'est nul autre que le New York Times qui s'y est pris dans son édition de hier.

Utilisant des statistiques agricoles couvrant les vingt ans depuis l'introduction des premiers OGMs en Amérique du Nord et les comparant à des chiffres provenant d'Europe, où ces graines ne sont pas encore utilisées, le quotidien Américain démontre l'évolution des rendements et de l'utilisation de pesticides. Les résultats sont flagrants: bien que Monsanto, Syngenta & Co répètent sans cesse les avantages que procurent leurs variétés, les récoltes de maïs sont au même niveau aux Etats-Unis qu'en Europe. Pour le colza et pour les betteraves sucrières, les récoltes sont même supérieures de notre côté de l'Atlantique.

La réduction de l'utilisation de pesticides est le deuxième argument de l'industrie. Ici, il faut différencier entre les deux types de variétés OGMs actuellement sur le marché. Celles qui sont résistantes aux herbicides, telles que la fameuse gamme "RoundUp Ready" du géant Monsanto. Les variétés résisantes aux insectes, quant à elles, produisent des substances tuant les larves de nuisibles.

Ces dernières semblent effectivement avoir contribuées à une réduction de l'utilisation d'insecticides aux Etats-Unis. Par contre, l'utilisation totale de pesticides a fortement augmentée pendant la même période, un effet principalement dû aux herbicides, dont l'utilisation est encouragée.

Il semble donc que les promesses des géants de l'agrochimie ne se réalisent pas. Les statistiques européennes montrent même que des réductions de pesticides n'empêchent pas des récoltes croissantes.

Depuis l'apparition des toutes premières variétés transgéniques à la fin des années 1980, nous nous engageons pour une agriculture sans OGMs. Nous sommes absolument convaincus qu'avec des méthodes de sélection classiques, nous pouvons créer d'excellentes variétés qui répondent pleinement aux besoins de notre clientèle. Des recherches sérieuses et approfondies comme celles du New York Times nous confirment dans nos choix, et nous allons continuer à nous positionner comme l'alternative éprouvée aux géants agrochimiques.

 

20 d'OGMs: un bilan 

20 d'OGMs: un bilan

Source: New York Times
http://www.nytimes.com/2016/10/30/business/gmo-promise-falls-short.html?_r=0