• Schnelle Lieferung
  • Schweizer Biosamen
  •  
  • Zufrieden oder Geld zurück
Der Berggarten im September
Sonia's Blog

Chaque mois, Sonia nous partage ses impressions depuis son potager en altitude. En septembre, les sujets principaux sont la récolte, les plantations et les derniers semis.

Fin août, j'ai presque autant de plantes bébés que fin mars. Ou c'est ce que l'on ressent après une pause estivale. Les colraves et les fenouils attendent une plate-bande vide pour pouvoir être mis en terre et récoltés fin octobre. De très nombreuses salades différentes - endives et chicorées, épinards, et cresson de jardin attendent également une petite place vide. J'attends délibérément avant de planter, j'aimerais mettre certains de ces légumes verts à feuilles dans la serre plus tard, pour que nous puissions encore récolter quelques feuilles vertes tout l'hiver.

Je planterai également certains poireaux dans la serre plus tard - le poireau a déjà atteint une bonne taille et pourrait déjà être récolté - mais comme il s'agit d'une plante très robuste, je le garde volontairement pour les jours froids avec du gel.

En septembre, je ne sème plus rien - je regarde seulement si quelque chose n'a pas marché parmi les semis d'août, auquel cas je pourrais encore le semer en septembre. Il ne s'agit plus que de légumes à feuilles vertes comme les salades, les épinards, le chou chinois, l'aneth, le persil, la coriandre, le cresson et les salades de moutarde et les oignons à tige pour l'hiver et le printemps. De fin septembre à mi-octobre, je plante encore de l'ail, sinon c'est le calme plat dans le jardin. 

Outre la plantation des petits plants cultivés en août, nous nous occupons surtout de la récolte en septembre. Nous pouvons manger la plupart des légumes directement. Seules les tomatillos sont un peu trop abondantes en ce moment et, bien qu'elles se conservent bien, j'ai décidé d'en faire de la confiture. 

Nous avons aussi beaucoup de concombres et de tomates et, outre les salades classiques, nous en faisons souvent du gaspacho (soupe froide de légumes crus). La recette ne pourrait pas être plus simple : Réduire en purée les concombres, les tomates, le céleri en branches, l'oignon et l'ail avec un peu de sel et de jus de citron, mettre au frais et déguster. Nous varierons les quantités selon que nous avons plus de concombres ou plus de tomates, la soupe sera plus verte ou plus rouge. 


En septembre, il peut faire soudainement froid - ou rester chaud jusqu'à la fin du mois. Nous ne le savons pas et je me prépare mentalement à des nuits plus froides et des journées plus courtes. Un froid soudain signifierait que les tomates ne mûrissent plus. Une astuce pour aider encore les tomates est d'arracher fin août et début septembre toutes les pousses qui font encore de nouvelles fleurs et de continuer à enlever toutes les pousses latérales. En outre, toutes les feuilles situées sous le fruit le plus bas peuvent être enlevées. Le plant de tomates sera alors un peu dégarni, mais il restera en bonne santé et se concentrera sur la maturation des fruits. La dernière astuce que j'ai déjà mentionnée le mois dernier : dès qu'une tomate commence à montrer sa couleur finale (rouge, jaune, orange, violette, etc.), la récolter immédiatement et la laisser mûrir dans la cuisine. Le goût est déjà mûr et la plante a plus de force pour faire mûrir les autres tomates.

Chez nous, la maturation des tomates peut être un problème lorsqu'il fait soudainement froid en septembre et que le printemps et l'été ont également été plutôt froids. Cette année, nous avons déjà eu une énorme récolte, je ne serais donc pas trop déçue si le mois de septembre donne un coup d'arrêt soudain à la récolte. Nous verrons bien.

Éventuellement, photo de la tomate Vesuvio à l'extérieur.
Parmi les différentes variétés de tomates que j'ai plantées à différents endroits : en pleine terre, en serre, en bac, toutes ont bien fonctionné. Je pense que cela est dû à cette saison exceptionnellement chaude. Il vaut en tout cas la peine de faire attention aux indications telles que "variété de plein air" dans la description de la variété. Une variété qui a bien marché à l'extérieur est la Matina.

Il est amusant de constater qu'une tomate a battu tous les records chez moi - il s'agit d'une variété appelée "jaune de Thoune", dont je multiplie les graines depuis trois ans à partir de nos propres tomates. Une de ces plantes n'avait plus de place dans la serre et a été placée dans ma "plate-bande d'essai", où il n'y avait pas de compost supplémentaire, où je n'avais rien arrosé et surtout où je n'ai pas attaché le plant de tomate ni enlevé de pousses latérales. Pour une raison ou pour une autre, cette plante était super contente et a continuellement donné le plus de fruits mûrs de toutes les tomates de cette même variété... C'est ainsi que je continue à apprendre et parfois, j'ai le droit de jeter toutes mes idées et mes connaissances par-dessus bord et de simplement regarder Mère Nature fonctionner, malgré tous les défis.

Dans exactement trois mois, fin novembre, le jardin sera peut-être déjà recouvert de neige, peut-être pas - mais en tout cas, il aura déjà subi les premières gelées, sera brun et aura l'air "triste". Nous allons nettoyer un peu mais pas trop, car beaucoup d'autres habitants de la nature aiment se retrouver dans un jardin en désordre en hiver. Les oiseaux trouvent encore à manger, les animaux rampants trouvent un abri et nous profitons des jours sans jardinage.

D'ici là, il y a encore beaucoup de choses à récolter et à stocker - plus d'informations sur le stockage dans le prochain article, dans un mois. 

 
 



Jeden Monat erfreut uns Sonia mit ihrem Blog aus ihrem Berggarten. Im September berichtet sie über die Ernte, die Pflanzungen und die letzten Aussaaten vor dem Winter.

Ende August stehen bei mir fast wieder so viele Babypflanzen herum wie Ende März. Oder so fühlt es sich  nach einer Sommeverschnaufpause jedenfall an. Die Kohlrabi und Fenchel warten auf ein leeres Beet, damit sie in den Boden dürfen und Ende Oktober geerntet werden können. Ganz viele verschiedene Salate – Chicoree und Endivien, Spinat, und der Gartenkresse wartet ebenfalls auf ein leeres Plätzchen. Ich warte bewusst mit dem pflanzen, einige dieser grünen Blattgemüse möchte ich später ins Gewächshaus setzen, damit wir den ganzen Winter ein paar grüne Blätter noch ernten können.

Einige der Lauchpflanzen werde ich später ebenfalls ins Gewächshaus umpflanzen – der Lauch hat bereits eine gute Grösse erreicht und könnte auch schon geerntet werden – aber da dies eine sehr robuste Pflanze ist, behalte ich ihn bewusst für die kalten Tage mit Frost.

Im September säe ich eigentlich nichts mehr aus – ich schaue nur, ob von den Aussaaten vom August etwas nicht geklappt hat, dann könnte ich dies noch nachsäen im September. Dies wäre nur noch grünes Blattgemüse wie Salate, Spinat, Chinakohl, Dill, Petersilie, Koriander, Kresse und Senfsalate und Schaftzwiebeln für den Winter und Frühling. Ende September bis Mitte Oktober pflanze ich noch Knoblauch, ansonsten ist es ruhig im Garten. 

Neben dem Setzen der im August gezogenen Pflänzchen, sind wir im September vor allem am Ernten. Das meiste können wir direkt essen. Nur die Tomatillos sind im Moment ein bisschen zu reichlich und obwohl die sich gut lagern, habe ich beschlossen, Konfitüre damit zu machen.

Gurken und Tomaten haben wir auch reichlich und nebst den klassischen Salaten machen wir häufig Gazpacho (kalte rohe Gemüsesuppe) damit. Das Rezept könnte nicht einfacher sein: Gurken, Tomaten, Stangensellerie, Zwiebel und Knoblauch mit etwas Salz und Zitronensaft pürieren, kaltstellen und geniessen. Die Mengen variieren,  je nachdem ob wir mehr Gurken oder mehr Tomaten haben, wird die Suppe etwas grüner oder etwas roter. 


Im September kann es plötzlich kalt werden – oder aber bis Ende Monat heiss bleiben. Wir wissen es nicht und ich bereite mich mental auf die kälteren Nächte und die kürzeren Tage vor. Plötzlich kalt würde bedeuten, die Tomaten reifen nicht mehr nach. Ein Trick, um den Tomaten noch zu helfen, ist Ende August und Anfang September alle Triebe, welche noch neue Blumen machen, auszubrechen und auch weiterhin alle Seitentriebe wegzunehmen. Weiter können jeweils alle Blätter unter der untersten Frucht weggebrochen werden. Die Tomatenpflanze wird dann etwas kahl, aber sie bleibt gesund und konzentriert sich schön auf das Reifen der Früchte. Den letzten Trick hatte ich letzten Monat schon erwähnt: sobald eine Tomate anfängt, die Endfarbe (rot, gelb, orange, violett, u.s.w.) zu zeigen, diese sofort ernten und in der Küche nachreifen lassen. Der Geschmack ist bereits ausgereift und die Pflanze hat mehr Kraft, die anderen Tomaten reifen zu lassen.

Bei uns kann das Reifen der Tomaten ein Problem sein, wenn es im September plötzlich kalt wird und der Frühling und Sommer auch eher kalt waren. Dieses Jahr hatten wir bereits eine riesige Ernte, ich wäre also nicht zu sehr enttäuscht, wenn der September der Ernte einen plötzlichen Halt gibt. Wir werden sehen.

Von den verschiedenen Varianten Tomaten, welche ich an verschiedenen Standorten gepflanzt hatte: Freiland, Gewächshaus, Kübel, haben alle gut geklappt. Ich denke, dies ist wieder auf diese aussergewöhnlich warme Saison zurückzuführen. Es lohnt sich auf jeden Fall bei der Sortenbeschreibung auf Angaben wie «Freilandsorte» zu achten. Eine Sorte die gut geklappt hat draussen war die Matina.

Lustigerweise hat eine Tomate bei mir alle Rekorde gebrochen – es ist eine Sorte, welche sich «Gelbe aus Thun» nennt und die Samen multipliziere ich seit drei Jahren von unseren eigenen Tomaten. Eine dieser Pflanzen hatte keinen Platz mehr im Gewächshaus und kam in mein «Probierbeet», wo kein extra Kompost war, wo ich nichts getränkt hatte und vor allem habe ich die Tomatenpflanze weder aufgebunden noch Seitentriebe abgenommen. Diese Pflanze war aus welchem Grund auch immer super happy und hat fortlaufend von allen Tomaten derselben Sorte die meisten reifen Früchte gegeben… So lerne ich immer weiter und manchmal darf ich alle meine Ideen und mein Wissen über Bord werfen und Mutter Natur einfach zuschauen, wie sie funktioniert, trotz allen Herausforderungen.

In genau drei Monaten, Ende November, wird der Garten vielleicht schon mit Schnee bedeckt sein, vielleicht nicht – aber auf jeden Fall schon den ersten Frost erlebt haben, braun und «traurig» aussehen. Wir werden etwas aufräumen aber nicht zu viel, weil viele andere Naturbewohner im Winter gerne in einem unaufgeräumten Garten sind. Vögel finden noch zu fressen, Kriechtiere finden Unterschlupf und wir geniessen die Tage ohne Gartenarbeit.

Bis dahin gibt es noch ganz viel zu ernten und lagern – mehr zur Lagerung im nächsten Beitrag in einem Monat.

 
 



Chaque mois, Sonia nous partage ses impressions depuis son potager en altitude. En septembre, les sujets principaux sont la récolte, les plantations et les derniers semis.

Fin août, j'ai presque autant de plantes bébés que fin mars. Ou c'est ce que l'on ressent après une pause estivale. Les colraves et les fenouils attendent une plate-bande vide pour pouvoir être mis en terre et récoltés fin octobre. De très nombreuses salades différentes - endives et chicorées, épinards, et cresson de jardin attendent également une petite place vide. J'attends délibérément avant de planter, j'aimerais mettre certains de ces légumes verts à feuilles dans la serre plus tard, pour que nous puissions encore récolter quelques feuilles vertes tout l'hiver.

Je planterai également certains poireaux dans la serre plus tard - le poireau a déjà atteint une bonne taille et pourrait déjà être récolté - mais comme il s'agit d'une plante très robuste, je le garde volontairement pour les jours froids avec du gel.

En septembre, je ne sème plus rien - je regarde seulement si quelque chose n'a pas marché parmi les semis d'août, auquel cas je pourrais encore le semer en septembre. Il ne s'agit plus que de légumes à feuilles vertes comme les salades, les épinards, le chou chinois, l'aneth, le persil, la coriandre, le cresson et les salades de moutarde et les oignons à tige pour l'hiver et le printemps. De fin septembre à mi-octobre, je plante encore de l'ail, sinon c'est le calme plat dans le jardin. 

Outre la plantation des petits plants cultivés en août, nous nous occupons surtout de la récolte en septembre. Nous pouvons manger la plupart des légumes directement. Seules les tomatillos sont un peu trop abondantes en ce moment et, bien qu'elles se conservent bien, j'ai décidé d'en faire de la confiture. 

Nous avons aussi beaucoup de concombres et de tomates et, outre les salades classiques, nous en faisons souvent du gaspacho (soupe froide de légumes crus). La recette ne pourrait pas être plus simple : Réduire en purée les concombres, les tomates, le céleri en branches, l'oignon et l'ail avec un peu de sel et de jus de citron, mettre au frais et déguster. Nous varierons les quantités selon que nous avons plus de concombres ou plus de tomates, la soupe sera plus verte ou plus rouge. 


En septembre, il peut faire soudainement froid - ou rester chaud jusqu'à la fin du mois. Nous ne le savons pas et je me prépare mentalement à des nuits plus froides et des journées plus courtes. Un froid soudain signifierait que les tomates ne mûrissent plus. Une astuce pour aider encore les tomates est d'arracher fin août et début septembre toutes les pousses qui font encore de nouvelles fleurs et de continuer à enlever toutes les pousses latérales. En outre, toutes les feuilles situées sous le fruit le plus bas peuvent être enlevées. Le plant de tomates sera alors un peu dégarni, mais il restera en bonne santé et se concentrera sur la maturation des fruits. La dernière astuce que j'ai déjà mentionnée le mois dernier : dès qu'une tomate commence à montrer sa couleur finale (rouge, jaune, orange, violette, etc.), la récolter immédiatement et la laisser mûrir dans la cuisine. Le goût est déjà mûr et la plante a plus de force pour faire mûrir les autres tomates.

Chez nous, la maturation des tomates peut être un problème lorsqu'il fait soudainement froid en septembre et que le printemps et l'été ont également été plutôt froids. Cette année, nous avons déjà eu une énorme récolte, je ne serais donc pas trop déçue si le mois de septembre donne un coup d'arrêt soudain à la récolte. Nous verrons bien.

Éventuellement, photo de la tomate Vesuvio à l'extérieur.
Parmi les différentes variétés de tomates que j'ai plantées à différents endroits : en pleine terre, en serre, en bac, toutes ont bien fonctionné. Je pense que cela est dû à cette saison exceptionnellement chaude. Il vaut en tout cas la peine de faire attention aux indications telles que "variété de plein air" dans la description de la variété. Une variété qui a bien marché à l'extérieur est la Matina.

Il est amusant de constater qu'une tomate a battu tous les records chez moi - il s'agit d'une variété appelée "jaune de Thoune", dont je multiplie les graines depuis trois ans à partir de nos propres tomates. Une de ces plantes n'avait plus de place dans la serre et a été placée dans ma "plate-bande d'essai", où il n'y avait pas de compost supplémentaire, où je n'avais rien arrosé et surtout où je n'ai pas attaché le plant de tomate ni enlevé de pousses latérales. Pour une raison ou pour une autre, cette plante était super contente et a continuellement donné le plus de fruits mûrs de toutes les tomates de cette même variété... C'est ainsi que je continue à apprendre et parfois, j'ai le droit de jeter toutes mes idées et mes connaissances par-dessus bord et de simplement regarder Mère Nature fonctionner, malgré tous les défis.

Dans exactement trois mois, fin novembre, le jardin sera peut-être déjà recouvert de neige, peut-être pas - mais en tout cas, il aura déjà subi les premières gelées, sera brun et aura l'air "triste". Nous allons nettoyer un peu mais pas trop, car beaucoup d'autres habitants de la nature aiment se retrouver dans un jardin en désordre en hiver. Les oiseaux trouvent encore à manger, les animaux rampants trouvent un abri et nous profitons des jours sans jardinage.

D'ici là, il y a encore beaucoup de choses à récolter et à stocker - plus d'informations sur le stockage dans le prochain article, dans un mois. 



Chaque mois, Sonia nous partage ses impressions depuis son potager en altitude. En septembre, les sujets principaux sont la récolte, les plantations et les derniers semis.

Fin août, j'ai presque autant de plantes bébés que fin mars. Ou c'est ce que l'on ressent après une pause estivale. Les colraves et les fenouils attendent une plate-bande vide pour pouvoir être mis en terre et récoltés fin octobre. De très nombreuses salades différentes - endives et chicorées, épinards, et cresson de jardin attendent également une petite place vide. J'attends délibérément avant de planter, j'aimerais mettre certains de ces légumes verts à feuilles dans la serre plus tard, pour que nous puissions encore récolter quelques feuilles vertes tout l'hiver.

Je planterai également certains poireaux dans la serre plus tard - le poireau a déjà atteint une bonne taille et pourrait déjà être récolté - mais comme il s'agit d'une plante très robuste, je le garde volontairement pour les jours froids avec du gel.

En septembre, je ne sème plus rien - je regarde seulement si quelque chose n'a pas marché parmi les semis d'août, auquel cas je pourrais encore le semer en septembre. Il ne s'agit plus que de légumes à feuilles vertes comme les salades, les épinards, le chou chinois, l'aneth, le persil, la coriandre, le cresson et les salades de moutarde et les oignons à tige pour l'hiver et le printemps. De fin septembre à mi-octobre, je plante encore de l'ail, sinon c'est le calme plat dans le jardin. 

Outre la plantation des petits plants cultivés en août, nous nous occupons surtout de la récolte en septembre. Nous pouvons manger la plupart des légumes directement. Seules les tomatillos sont un peu trop abondantes en ce moment et, bien qu'elles se conservent bien, j'ai décidé d'en faire de la confiture. 

Nous avons aussi beaucoup de concombres et de tomates et, outre les salades classiques, nous en faisons souvent du gaspacho (soupe froide de légumes crus). La recette ne pourrait pas être plus simple : Réduire en purée les concombres, les tomates, le céleri en branches, l'oignon et l'ail avec un peu de sel et de jus de citron, mettre au frais et déguster. Nous varierons les quantités selon que nous avons plus de concombres ou plus de tomates, la soupe sera plus verte ou plus rouge. 


En septembre, il peut faire soudainement froid - ou rester chaud jusqu'à la fin du mois. Nous ne le savons pas et je me prépare mentalement à des nuits plus froides et des journées plus courtes. Un froid soudain signifierait que les tomates ne mûrissent plus. Une astuce pour aider encore les tomates est d'arracher fin août et début septembre toutes les pousses qui font encore de nouvelles fleurs et de continuer à enlever toutes les pousses latérales. En outre, toutes les feuilles situées sous le fruit le plus bas peuvent être enlevées. Le plant de tomates sera alors un peu dégarni, mais il restera en bonne santé et se concentrera sur la maturation des fruits. La dernière astuce que j'ai déjà mentionnée le mois dernier : dès qu'une tomate commence à montrer sa couleur finale (rouge, jaune, orange, violette, etc.), la récolter immédiatement et la laisser mûrir dans la cuisine. Le goût est déjà mûr et la plante a plus de force pour faire mûrir les autres tomates.

Chez nous, la maturation des tomates peut être un problème lorsqu'il fait soudainement froid en septembre et que le printemps et l'été ont également été plutôt froids. Cette année, nous avons déjà eu une énorme récolte, je ne serais donc pas trop déçue si le mois de septembre donne un coup d'arrêt soudain à la récolte. Nous verrons bien.

Éventuellement, photo de la tomate Vesuvio à l'extérieur.
Parmi les différentes variétés de tomates que j'ai plantées à différents endroits : en pleine terre, en serre, en bac, toutes ont bien fonctionné. Je pense que cela est dû à cette saison exceptionnellement chaude. Il vaut en tout cas la peine de faire attention aux indications telles que "variété de plein air" dans la description de la variété. Une variété qui a bien marché à l'extérieur est la Matina.

Il est amusant de constater qu'une tomate a battu tous les records chez moi - il s'agit d'une variété appelée "jaune de Thoune", dont je multiplie les graines depuis trois ans à partir de nos propres tomates. Une de ces plantes n'avait plus de place dans la serre et a été placée dans ma "plate-bande d'essai", où il n'y avait pas de compost supplémentaire, où je n'avais rien arrosé et surtout où je n'ai pas attaché le plant de tomate ni enlevé de pousses latérales. Pour une raison ou pour une autre, cette plante était super contente et a continuellement donné le plus de fruits mûrs de toutes les tomates de cette même variété... C'est ainsi que je continue à apprendre et parfois, j'ai le droit de jeter toutes mes idées et mes connaissances par-dessus bord et de simplement regarder Mère Nature fonctionner, malgré tous les défis.

Dans exactement trois mois, fin novembre, le jardin sera peut-être déjà recouvert de neige, peut-être pas - mais en tout cas, il aura déjà subi les premières gelées, sera brun et aura l'air "triste". Nous allons nettoyer un peu mais pas trop, car beaucoup d'autres habitants de la nature aiment se retrouver dans un jardin en désordre en hiver. Les oiseaux trouvent encore à manger, les animaux rampants trouvent un abri et nous profitons des jours sans jardinage.

D'ici là, il y a encore beaucoup de choses à récolter et à stocker - plus d'informations sur le stockage dans le prochain article, dans un mois. 



Sonia Birrer 31 August, 2022
Diesen Beitrag teilen
Stichwörter
Anmelden um einen Kommentar zu hinterlassen